Coup de jeune pour la bibliothèque de l'Alliance

 

En janvier, Marie-Paule Huet, directrice littéraire aux éditions Ganndal, une maison d'édition guinéenne, est venue former les bibliothécaires éthiopiens de l'Alliance éthio-française d'Addis-Abeba. Cette formation s'inscrit dans une démarche plus globale de la direction qui souhaite "valoriser les collections par des animations auprès du public" et "dynamiser la bibliothèque en regroupant les différents services dans un même lieu", explique-t-elle. Éclairage en cinq questions.

Quel était l'objectif de cette formation ?

Marie-Paule Huet : Le personnel de la bibliothèque est éthiopien. Certains ont déjà une bonne expérience. D’autres ont été affectés depuis peu de temps et avaient tout à apprendre. L’idée de la formation était de redonner du sens à la gestion en fonction des services que l’on veut rendre au public. Nous avons donc mis l’accent sur le rôle de médiateur des bibliothécaires.

Pouvez-vous nous donner quelques exemples pour mieux comprendre ?

Si les bibliothécaires veulent aider des élèves à préparer un exposé, il ne s’agit pas de faire l’exposé à leur place mais de les aider à trouver dans les documents de la bibliothèque les éléments qui pourront leur être utiles. L’Alliance travaille beaucoup sur l’enseignement du français, l’enjeu pour la bibliothèque est de proposer des livres qui viendront renforcer cet apprentissage : des lectures de niveau adapté à ces différents lecteurs qui leur apportent en même temps une approche de la littérature francophone. L’idée était aussi de créer une synergie entre les différents services de l’Alliance et la bibliothèque en réfléchissant sur des actions qui peuvent être complémentaires dans le domaine culturel.

Vous avez d'ailleurs travaillé à partir d'un film sur Molière qui a beaucoup intéressé le médiathécaire...

Nous nous posions une question : que faire autour de ce film qui puisse dynamiser le fonds et ouvrir la bibliothèque vers l’extérieur ?  À partir de ce personnage, nous avons réfléchi à toutes les ressources de la bibliothèque : les pièces de théâtre (livre ou vidéo des représentations par la Comédie Française), les articles ou documents sur le personnage ou sur l’œuvre. Nous avons aussi exploré des pistes pour ouvrir la médiathèque vers l’extérieur, par exemple faire jouer des extraits par un groupe de théâtre du lycée français ; proposer le spectacle au public de l’Alliance ou pourquoi pas à d’autres structures extérieures. Il s’agissait d’exercices mais qui peuvent servir de base à des actions concrètes sur d’autres thèmes.

Que vouliez-vous faire comprendre aux bibliothécaires ?

Leur force de propositions. Je voulais mettre l’accent sur leur rôle de médiateur, de transmetteur… un métier qui n’a plus rien à voir avec le gardien des livres ou le gestionnaire de collection. Bien gérer, oui, mais pour mieux rayonner ! C’est pourquoi nous avons revu les principes de gestion mais pour voir en quoi ils étaient indispensables au dynamisme de la médiathèque.

Que retenez-vous de cette formation ?

J’ai beaucoup apprécié l’enthousiasme de toute l’équipe pendant cette formation. Les notions techniques ne sont pas toujours simples à saisir surtout dans une langue étrangère, mais de questions en discussions nous avons avancé et je suis persuadée que toute l’équipe aura à cœur de rendre son nouvel équipement vivant. Et je salue la volonté du directeur de l’Alliance Eric Yvonnet de redonner une place importante à la médiathèque au cœur de l’établissement. Agrandir l’espace, réorganiser les collections, les rajeunir et les renouveler, former le personnel, montrent une volonté digne d’attention. J’ai senti que ce désir était partagé à tous les niveaux et je souhaite très bonne chance à l’Alliance éthio-française d'Addis-Abeba.

Copyright © 2016 - Designed By TBM